Voyageurs responsables, c’est aujourd’hui la journée internationale de l’enfant

,

Campagne contre le tourisme sexuel

Six conseils pour lutter contre le tourisme sexuel

L'exploitation sexuelle d'enfants ou d'adolescents associée aux voyages et au tourisme est celle exercée par une ou par des personnes voyageant hors de leur lieu, ou pays d'origine dans le but d'avoir des relations sexuelles avec des mineur(e)s. Il peut aussi s'agir de personnes qui se déplacent au sein de leur propre région dans ce même but.

La plupart de ces prédateurs, qu'ils soient d'authentiques pédophiles ou pas, cherchent ainsi à profiter de ces enfants, rendus plus vulnérables encore par l'absence de système adéquat de protection et de poursuites. De plus, ils justifient leurs actes par le fait que ces pratiques seraient tolérées culturellement dans les pays dans lesquels ils se rendent, ou bien en affirmant que l'argent, les vêtements ou la nourriture qu'ils donnent en échange bénéficient à ces enfants ou adolescents et à leur communauté.

Il s'agit ni plus ni moins que d'exploitation, d'une violation gravissime des droits humains et des conventions relatives aux droits de l'enfant. C'est une pratique criminelle qui détruit la vie de ces jeunes mineurs dont beaucoup souffriront de conséquences graves, parfois irréparables.

L'industrie du tourisme joue dans ce cadre un rôle important ; elle peut aider à protéger le droit des enfants et des adolescents contre cette nouvelle forme d'esclavage moderne.

Voyageur, dans tes voyages, n'oublie jamais :

  1. de respecter les droits des personnes. Toute forme d'exploitation abîme les objectifs fondamentaux du tourisme. L'exploitation sexuelle des enfants est un délit puni non seulement dans le pays où elle se déroule, mais aussi dans le pays de résidence de celui qui le commet.
  2. De choisir des sociétés de tourisme disposant d'une politique claire en la matière. S'ils n'en ont pas, en tant que voyageur responsable, incite-les à en établir une
  3. Exprime ton rejet absolu de l'exploitation infantile et sensibilise tous ceux qui sont autour de toi à cette réalité tout en les incitant à s'engager. Plus d'information ici : www.ecpat.net
  4. N'hésite pas à dénoncer des situations que tu suspectes être des cas d'exploitation. Tu peux t'adresser à une ONG locale ou à ECPAT International
  5. Demande à ceux qui te représentent au plan politique des lois spécfiques visant à combattre l'exploitation sexuelle des enfants, garantissant leur protection et permettant d'améliorer l'aide aux victimes
  6. Demande aux médias de transmettre à ce propos une information claire et responsable. Si tu constates l'existence de messages ou d'annonces ambigus dans les médias, sur l'internet ou sur les réseaux, n'hésite pas à les dénoncer.

Plus de deux millions de garçons et de filles sont chaque année victimes d'exploitation sexuelle dans le monde. Voyageurs, la solution exige notre engagement à tous. Voyageurs responsables, c'est aujourd'hui le 20 novembre, journée de l'enfant!