L’OEA adopte une convention pour la protection des droits des personnes âgées

, ,

Convention sur les droits des personnes âgées

L'Amérique devient la 1ère région du monde à disposer d'un tel instrument

Dans le cadre de l'Assemblée générale de l'Organisation des États américains (OEA), les états membres ont approuvé le 15 Juin dernier la Convention interaméricaine sur la protection des droits humains des personnes âgées. Tout de suite après, les gouvernements d'Argentine, Brésil, Chili, Costa Rica et Uruguay ont signé la convention au siège de l'OEA à Washington DC. Il s'agit d'un événement historique qui fait de l'Amérique la première région au monde à disposer d'une Convention visant à protéger les droits des personnes âgées, en espérant que cela permettra d'inspirer d'autres organisations internationales à faire de même à travers le monde, dont les Nations Unies.

La convention est le premier instrument régional de ce type dans le monde; son objectif est de promouvoir, protéger et assurer la pleine reconnaissance, la jouissance et l'exercice de tous les droits humains et des libertés fondamentales des personnes âgées de façon à contribuer à leur pleine intégration et participation dans la société. Le point de départ de la Convention a été de reconnaître que l'ensemble des droits humains et des libertés fondamentales s'appliquent aux personnes âgées et que celles-ci  devraient profiter pleinement de ceux-ci sur un pied d'égalité avec le reste de la population.

Organisation des Etats Américains

"Il s'agit d'une étape très importante pour tous. Notre slogan 'Plus de droits pour plus de personnes' s'inscrit pleinement dans la logique de la Convention, laquelle réaffirme la dimension panaméricaine de notre travail – dans ce cas précis notre engagement à veiller à ce que les personnes âgées jouissent pleinement de leurs droits, en prenant leurs besoins et leurs spécificités en considération" a déclaré le secrétaire général Luis Almagro lors de la signature d'un document qui, par ailleurs, exhorte les États à adopter les "mesures législatives ou autres" nécessaires pour rendre effectifs les droits et libertés des personnes âgées, y compris par le biais de campagnes de sensibilisation.

À l'heure actuelle, les personnes âgées de 60 ans et plus représentent 14 pour cent de la population sur le continent américain, soit plus de 135 millions de personnes. En 2030, près de deux personnes sur cinq auront 60 ans et plus, soit un total de plus de 215 millions de personnes. La Convention permettra de renforcer les obligations légales et de promouvoir et d'assurer le respect des droits humains des personnes âgées. Sa ratification obligera les États à adopter des mesures visant à assurer aux personnes âgées un traitement différencié et préférentiel dans tous les domaines.

Avant l'entrée en vigueur de la Convention, celle-ci devra être ratifiée par au moins deux états membres.