31 août, Journée internationale de sensibilisation à l’overdose

Journée internationale de sensibilisation à l'overdose

Les overdoses sont l'une des principales causes de décès accidentel en Europe et sur le continent américain. Le 31 août, Dianova International se souvient des vies perdues et appelle à un accès élargi à la Naloxone

Selon les données de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), on estime qu'en Europe plus de 70 000 vies ont été perdues du fait de d'overdoses de drogue durant la première décennie du 21e siècle. Aux États-Unis, les surdoses mortelles d'héroïne ont presque triplé en trois ans, avec plus de 8.000 décès par an, tandis que dans le même temps le nombre de personnes qui meurent suite à une overdose d'antidouleurs opioïdes sur ordonnance doit être multiplié par trois.

Alors que le nombre de décès par surdose est beaucoup plus faible que jadis, lorsque l'épidémie d'héroïne faisait partout des ravages, les overdoses continuent malgré tout d'être une cause majeure de décès, en particulier chez les jeunes utilisateurs d'opiacés en Europe et sur le continent américain. En Europe, des données récentes montrent que les overdoses représentent plus de 3,4% de l'ensemble des décès chez les Européens de 15 à 39 ans (Eurostat 2013).

La Journée internationale de sensibilisation à l'overdose a été créée en Australie en 2001 afin de sensibiliser au problème et commémorer toutes les vies perdues par surdose. Depuis lors, de nombreuses organisations communautaires, des ONG, hôpitaux, centres de santé communautaire et groupes d'usagers de drogues ont organisé de nombreuses manifestations aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie afin d'aider à réduire la stigmatisation liée aux overdoses et transmettre des informations essentielles sur comment réduire les risques d'overdose, ainsi que sur les services de soutien accessibles dans les différentes communautés locales.

Journée de sensibilisation à l'overdose

Prévenir les overdoses et répondre à l'urgence 

NaloxoneLa prévention des décès par overdose peuvent être réalisée à deux niveaux d'intervention: via la mise en œuvre d'un ensemble d'interventions axées sur la prévention à part entière, ou bien visant à réduire la mortalité par overdose après qu'elle a eu lieu. Quel que soit le niveau d'intervention, les stratégies utilisées visent à augmenter les facteurs de protection et à réduire les risques. Ci-dessous, quelques-unes des stratégies les plus importantes:

Améliorer la sensibilisation aux risques d'overdose – étant donné que de nombreux toxicomanes ne sont pas conscients, ou sous-estiment les risques d'overdose, une communication efficace peut aider à réduire ces risques (les risques sont accrus: en cas de tolérance réduite suite à une désintoxication, à l'abandon d'un traitement ou après une incarcération; lors de l'utilisation d'opioïdes en combinaison avec d'autres sédatifs; et quand les usagers présentent certains problèmes médicaux, telles que le VIH, les maladies du foie ou des poumons).

Fournir des traitements efficaces – l'évidence scientifique montre que les traitements de substitution aux opiacés semblent réduire sensiblement les risques de mortalité dans la mesure où la continuité des traitements est maintenue.

Améliorer la continuité des soins entre prison et communauté – Considérant le nombre élevé de décès par overdose chez les anciens détenus au sortir de prison, diverses interventions sont recommandées, y compris des actions de prévention et d'éducation sur les risques d'overdose et la mise en place ou la poursuite de traitements de substitution.

Mise en place de salles de consommation à moindre risque – aussi dénommés centres d'injection supervisée, ces salles offrent un environnement sûr pour consommer des drogues, des conseils sur les pratiques d'injection plus sûres ainsi qu'une supervision médicale. Tout sont équipés pour faire face aux overdoses de drogues et pour en réduire la mortalité. A ce jour, un total de 74 installations fonctionnent en Europe (dans 5 pays membres plus la Norvège); des millions d'injections ont été supervisées sans qu'aucun décès par surdose n'ait eu lieu dans ces installations.

Améliorer la formation des premiers répondants – Comme la plupart des usagers de drogues ont été victimes ou témoins de surdoses, ces derniers sont susceptibles d'être des premiers répondants potentiels lors des situations d'urgence, de même que leurs amis et leur famille. Ces premiers répondants doivent recevoir une formation sur la manière de reconnaître une surdose et comment réagir en cas de surdose. En outre, comme l'a recommandé l'OMS, les personnes susceptibles d'être témoins d'une surdose d'opiacés doivent avoir accès à la naloxone (Narcan®), une antidote efficace capable d'inverser les effets de l'intoxication.

(Source: OEDT – Prévention des décès par overdose en Europe, lire le dossier, en anglais)

Statistiques en matière de surdose

On estime qu'il y a eu 183.000 décès liés aux drogues (fourchette: 95.000 – 226.000) (principalement par surdose) en 2012, la surdose d'opioïdes représentant la plus grande catégorie

En 2011, les surdoses de drogues ont été responsables de 41.340 décès aux États-Unis. Dans ce pays, les décès par surdose sont augmentations depuis 12 années consécutives. En 2011, et pour la quatrième année consécutive, le nombre de citoyens américains dont les décès était lié aux drogues était supérieur à celui des décès par accidents de circulation (33.561).

En 2012, les surdoses au Royaume-Uni (3.256) ont dépassé le nombre de décès par accidents de la route (1.832).

En Ontario, au Canada, il y a eu une augmentation de 242% des surdoses mortelles d'opiacés entre 1991 et 2010; de 12,2 décès par million d'habitants à 41,6 décès par million en 2010.

On estime que plus de 70.000 vies ont été perdues à la suite d'une surdose de drogues dans les pays de l'Union européenne durant la première décennie du 21e siècle. Les différents pays de l'Union européenne ont rapporté quelque 6.100 décès par surdose en 2012.

Les pays d'Amérique du Sud, des Caraïbes et d'Amérique centrale sont signalé entre 4.000 et 7.300 décès liés aux drogue, soit un taux de mortalité bien inférieur à la moyenne mondiale

En Asie, on estime qu'entre 11.400 et 99.600 décès sont intervenus en 2012

Près de quatre Australiens meurent chaque jour des suites d'une surdose. Le nombre de surdoses a dépassé celui des accidents de la route en Australie en 2012 (1.427 vs 1.338)

Sources disponibles sur le site web de la Journée internationale de sensibilisation à l'overdose (en anglais)