Réduire la vulnérabilité à l’abus de drogues, un bidonville à la fois

Dans les bidonvilles de Nairobi, Kenya, l’abus de substances connaît une croissance brutale, notamment chez les enfants, les jeunes et les femmes. Il s’agit d’une situation alarmante pour les différentes parties prenantes car les premiers concernés représentent le groupe d’âge le plus important en termes de croissance et de développement de la métropole.

Inquiet de l’état de santé des millions de jeunes qui font usage de drogues, le président de la République du Kenya a demandé au ministère de tutelle et aux autorités locales de Nairobi de conjuguer leurs efforts avec l’ensemble des partenaires, des organisations de la société civile et du secteur privé afin de prêter assistance à ces jeunes qui pèseront sur la croissance du pays (Source : édition en ligne du Standard News Paper)

kenya-project04
kenya-project-kigabare

Description du projet

Projet KenyaLe projet « Réduire la vulnérabilité à l’abus de drogues un bidonville à la fois » propose une démarche de prévention des drogues, de promotion de la santé et de renforcement des capacités qui repose sur l’éducation par les pairs – c’est-à-dire une approche fondée sur le fait que beaucoup de jeunes font des changements dans leur vie non pas sur la base de leurs propres connaissances seulement, mais en fonction des opinions et des actions des personnes qui leur sont proches et en qui ils ont confiance (les pairs, c’est-à-dire les personnes de même âge et/ou contexte social, éducation, expérience, etc.).

Le projet s’inscrit dans une démarche polyvalente, avec une cohésion de l’action de toutes les parties prenantes et intégrant les Objectifs de Développement Durable, dans le but de reproduire à Kibagare une initiative mise en œuvre avec succès par la Fondation Slum Child à Korogocho, un autre bidonville de Nairobi (voir notes).

Le projet vise à rejoindre les écoliers(ères), étudiants(es) et enseignants(es) des principaux établissements scolaires de Kibagare grâce à une approche initiée par des personnes elles-mêmes originaires des bidonvilles de la région, motivées et formées par la Fondation Slum Child (2).

Le projet veut d’abord atteindre un objectif pédagogique (identification des stratégies pour résister à la pression du groupe, information sur les produits, etc.), mais son ambition est aussi de créer une démarche participative, impliquant les jeunes et les équipes éducatives, permettant de favoriser la création de clubs ou de groupes d’entraide visant à faire face au problème des drogues.

  1. Selon le témoignage des directeurs des écoles concernées, le nombre d’élèves faisant usage de drogues a baissé de près de 75% suite à l’initiative de prévention par les pairs mise en œuvre par la Fondation Slum Child à Korogocho (dix établissements d’environ 500 élèves concernés)
  2. Lire l’article sur le directeur de la Fondation Slum Child, George Ochieng’, sur le site com

Données du projet

Champ d’action

Prévention de l’abus de substances

Durée et coût

10 mois / 55.627 USD

Localisation

Bidonville de Kibagare (Nairobi, Kenya)

Organisations impliquées

Le projet est développé par Dianova International et la Slum Child Foundation comme partenaire local

Objectifs/résultats escomptés

Résultat # 1: Femmes

Renforcer les groupes d’entraide de femmes et donner à 4.200 femmes et à leurs familles (200 directement, 4.000 indirectement) la possibilité de définir de manière autonome leurs propres stratégies grâce au renforcement des capacités pour une meilleure éducation et une meilleure prévention des addictions au sein de la communauté.

Résultat # 2: Jeunesse

Renforcer les groupes d’entraide des jeunes et donner l’opportunité à 300 jeunes et à leurs familles (10.000 personnes concernées indirectement) de définir de manière autonome leurs propres stratégies grâce au renforcement des capacités pour une meilleure éducation et une meilleure prévention des addictions au sein de la communauté.

Résultat # 3: Enfants

Renforcer les groupes d’entraide des enfants et donner ainsi l’opportunité à 200 enfants de ces écoles (5.000 personnes concernées indirectement) de devenir autonomes et de pouvoir définir leurs propres stratégies grâce au renforcement des capacités pour une meilleure éducation et une meilleure prévention des addictions au sein de la communauté.

Résultat # 4: Enseignants

Renforcer la formation de 150 enseignants en vue de la formation de groupes d’entraide et donner ainsi la possibilité à 2000 étudiants indirectement d’améliorer leur autonomie et de définir leurs propres stratégies grâce au renforcement des capacités pour une meilleure éducation et une meilleure prévention des addictions au sein de la communauté.

Population cible

850 bénéficiaires directs

Elèves, étudiants et enseignants des écoles de Kibagare

21.350 bénéficiaires indirects

Familles et proches

Principales activités

  • Organisation d’une formation par les pairs sur les aptitudes de la vie quotidienne pour 200 leaders de groupes de femmes.
  • Organisation d’une formation par les pairs sur les aptitudes de la vie quotidienne pour 300 leaders de groupes de jeunes.
  • Organisation de séances de renforcement de capacités par les pairs de 200 leaders étudiants.
  • Organisation de séances de formation par les pairs pour 150 enseignants.
  • Organisation de rencontres d’échanges entre les écoles, les groupes de femmes et de jeunes des bidonvilles.
  • Concert caritatif annuel.
  • Célébration des journées internationales de la femme et de la jeunesse au travers de concerts caritatifs.
  • Diffusion des informations sur l’impact du projet et préparation du passage au prochain bidonville