Prévention des drogues: le programme Unplugged

Selon la Karim Khan Afridi Welfare Foundation, il est urgent de financer des programmes de prévention des addictions à grande échelle au Pakistan

Présentation Unplugged

3ème à partir de la droite, Mme Cristina Von Sperling, présidente de la Fondation, lors d’un événement de présentation du programme Unplugged – Photo: TheFire.com.pk

Fondée en 2015 à Islamabad (Pakistan), la Fondation Karim Khan Afridi a pour mission d’informer et de sensibiliser la jeunesse pakistanaise aux conséquences parfois tragiques de la dépendance et de l’abus des drogues. La fondation a été créée par Cristina Von Sperling Afridi et son mari, l’ambassadeur Tariq Khan Afridi, suite au décès de leur fils Karim.

La fondation Karim Khan Afridi vise à faire connaître les conséquences néfastes de l’abus de drogues pour la personne, sa famille et la société tout entière, de briser les tabous qui entourent encore l’usage de drogues, et de permettre aux personnes de trouver de l’aide. La fondation entend jouer un rôle de catalyseur au profit des jeunes et des communautés dans lesquelles ils vivent, en amenant les autorités fédérales et provinciales à assumer leur rôle politique en matière de production de drogues, de prévention et de consommation.

Soutenir Dianova et faire un don

Combien voulez-vous donner?

Information personnelle





ses terms et conditions

Le paiement sera effectué via Paypal (il est possible de faire une donation sans s'inscrire avec votre carte de crédit ou de débit).

Les addictions au Pakistan

Selon l’UNODC, le Pakistan compte environ 6.7 millions d’usagers de drogues illicites, dont quatre millions sont dépendants, ce qui en fait l’un des pays les plus affectés par le problème. L’abus de cannabis et d’héroïne sont très répandus et les drogues sont facilement accessibles et bon marché. La plupart de ces drogues proviennent d’Afghanistan, le pays d’où provient au moins 75% de l’héroïne consommée dans le monde. Plus de 800.000 Pakistanais de 15 à 64 ans font régulièrement usage d’héroïne.

Face à la situation du pays en matière d’abus de drogues, la fondation s’est attachée à transmettre aux jeunes les connaissances et les habiletés de vie leur permettant d’éviter le piège de la dépendance.  Depuis 2017, la fondation met en œuvre une version modifiée d’un programme de prévention européen. A l’origine, le programme « Unplugged » (débranché) est une initiative de prévention en milieu scolaire financée par la Commission Européenne, ayant été mise en œuvre avec succès dans de nombreux pays.

La branche pakistanaise de l’UNODC a par la suite adapté le programme aux besoins culturels spécifiques du Pakistan. La version pakistanaise du programme est appelée ‘Hum Saath Hain’ (Nous sommes ensemble) ; tout comme la version d’origine, c’est un programme global en milieu scolaire, destiné aux ados de 13 à 16 ans, visant à favoriser l’adoption de comportements sains et positifs tout en ciblant la prévention de l’abus des drogues. Les professeurs qui participent au programme reçoivent d’abord une formation spécifique au module avant de répercuter cet enseignement aux élèves de leur classe.

Au cours du programme, le transfert de connaissances et d’habiletés est effectué de manière interactive, ce qui rend l’apprentissage plus intéressant pour les élèves.

Prévention des drogues à l’école

Le programme Unplugged est un instrument scientifiquement validé de prévention des drogues en milieu scolaire. Son objectif est de limiter les premières expériences d’usage d’alcool, de cannabis, de tabac et d’autres drogues chez les adolescents et de réduire les risques de transition depuis l’usage expérimental vers l’usage abusif ou la dépendance. Le programme est intégré au programme scolaire et les divers matériels du programme sont accessibles aux élèves.

Unplugged utilise une approche visant à développer les « habiletés de vie » et à transmettre aux jeunes des informations-clé à propos de l’alcool, du tabac et des autres drogues. Dans le même temps, le programme enseigne aux jeunes des méthodes de résolution des problèmes, d’amélioration de la pensée critique et de prise de décision éclairée, ainsi que des habiletés leur permettant de mieux fixer leurs propres objectifs. Le programme entend non seulement informer les jeunes et les aider à développer leurs habiletés sociales et personnelles, mais il s’attache également à corriger les fausses interprétations ou les idées préconçues à propos des drogues.

Le programme a d’abord été mis en œuvre dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, particulièrement touchée par l’épidémie, avant d’être lancé à son tour dans le district de Gujrat (province du Pendjab). A l’heure actuelle, la Fondation KKAWF assure la formation de quatre professeurs des écoles qui seront par la suite chargés de la mise en œuvre du programme dans leurs écoles respectives. Malheureusement à cause d’un manque de fonds récurrent, il a été impossible de mettre en œuvre le programme à plus grande échelle.

Contrer une épidémie d’une telle ampleur ne se fera qu’en mettant en place les ressources indispensables en matière de traitement et de réintégration des personnes aux prises avec un trouble de l’abus de substances, mais aussi en mettant l’accent sur la prévention des conduites addictives.

Dans ce dernier domaine, les programmes mis en œuvre en milieu scolaire permettent de rejoindre un grand nombre de jeunes de façon efficace et systématique, c’est pourquoi la fondation KKAWF et le réseau Dianova demandent au gouvernement pakistanais de contribuer à la mise en œuvre du projet porté par la Fondation au plan national, en assurant le financement de la formation des professeurs des écoles.