Alcool, comment éduquer son enfant?

Face à la consommation d’alcool de nos ados, nous ne savons pas toujours comment nous comporter, quelques conseils…

Jeunes gens buvant un verre
Dans de nombreuses cultures, notamment dans les pays d'Europe du Sud, les jeunes sont initiés à l'alcool dès leur plus jeune âge, comme un élément normal de la vie quotidienne. Cependant, les adolescents peuvent régulièrement consommer de l'alcool en excès dans le cadre de leur propre culture de la fête.

L’alcool est la drogue la plus consommée en Espagne. On estime même que plus d’un million et demi de jeunes de 15 à 24 ans présentent une consommation à risque élevé. Face à de tels chiffre, beaucoup  de parents sont inquiets. Alors, comment anticiper et surtout, comment réagir?

1) Eduquer son enfant au bon usage de l’alcool

La substance elle-même ne signifie rien, ce qui compte, c’est l’image que votre enfant en a. Il faut donc anticiper. Apprendre à son enfant que la consommation d’alcool  se fait seulement à certaines occasions, et non pas par habitude ou pour se sentir mieux, c’est déjà un bon début. Lorsque votre enfant devient ado, il faut parler avec lui ou avec elle, pour comprendre sa vision des choses. Le but est de s’assurer qu’il ou elle ne va pas consommer dans un but précis, par exemple, pour oublier ses problèmes.

2) Aidez votre ado à préparer ses premières fêtes

Les sorties et les fêtes entre ados font partie de la culture des adolescents. Même si votre enfant n’a que 14 ans, il est possible que l’alcool soit de la partie. Plutôt que de menacer et d’interdire, préparez le terrain. A 14 ans, votre ado n’a sans doute pas prévu ni envie de boire, mais risque quand même de se faire entraîner. Amenez votre ado à y réfléchir avant. Recommandez-lui de se rapprocher de ceux qui ne boivent pas. Et si la pression du groupe est trop forte, expliquez-lui qu’il peut s’en sortir en inventant une excuse comme « je prends des médicaments » ou encore « j’ai trop fait la fête hier ».

Ensemble, on grandit

Ayez les bons outils pour prévenir les addictions et les conduites à risques
Participez aux ateliers de Dianova

Pour l’instant, les ateliers sont seulement disponibles en espagnol. Cliquez ici pour plus d’infos

3) Posez des limites claires, mais surtout, dialoguez

Par la suite, ne stigmatisez pas l’alcool mais essayez d’encadrer la fête. Si celle-ci se déroule à la maison, n’interdisez pas l’alcool, mais négociez les quantités en fonction du nombre de participants et assurez-vous de la présence d’un adulte. Si la fête a lieu ailleurs, par exemple donnez à votre ado une heure de retour à laquelle vous serez encore debout pour le ou la voir. Dans tous les cas, ne tombez pas dans le laisser-faire en espérant que les jeunes vont s’autoréguler. Au fur et à mesure que l’adolescent grandit et apprend, les règles évoluent. Petit à petit, il intègre les risques et donne du sens à sa conduite et à sa consommation d’alcool. Et si un problème survient, votre ado doit savoir qu’il peut compter sur vous.

4) Comment réagir s’il rentre ivre à la maison?  

Votre ado est rentré à la maison complètement ivre, ou vous l’avez appris a posteriori. Les deux mauvaises réactions sont de se mettre en colère, ou bien de faire comme s’il ne s’était rien passé. Au lieu de ça, écoutez sa version et discutez-en sans juger. Aidez-le à comprendre ce qui s’est passé: est-ce qu’il ou elle s’est laissé entraîner par ses amis? Est-ce qu’il a ressenti le besoin de tester ses limites? Est-ce qu’il a envie de recommencer? Dans la majorité des cas, vous vous rendrez compte qu’il voulait juste s’amuser, sans penser au lendemain. Mais il est essentiel de lui montrer que cela vous touche.

5) Quand est-ce que je dois m’inquiéter vraiment?  

Si les épisodes d’ivresse se reproduisent un peu trop souvent, si votre enfant se montre plus irritable qu’auparavant, s’il commence à s’isoler ou à perdre tout intérêt pour ce qu’il aimait, il est probable qu’il soit en difficulté avec l’alcool, ou peut être une autre drogue. Par exemple, avec la pratique de l’alcoolisation ponctuelle importante, de plus en plus répandue, l’adolescent recherche des sensations extrêmes pour se sentir exister. Ce qui dont nous alarmer, c’est la précocité et la répétition des comportements d’ivresse, mais la plupart du temps, ces problèmes concernent des adolescents qui déjà n’allaient pas bien.

En cas de doute, demandez une aide professionnelle spécialisée.

La prévention des addictions et autres conduites à risques, cela commence en famille!

Tous les articles sur ce thème

Alcool, comment aider un proche en difficulté?

Votre partenaire, un ou une amie proche, ou même votre enfant semblent en difficulté avec l’alcool, comment en parler, et surtout comment aider?

  • Essayez de dialoguer – mais s’il ne souhaite pas en parler tout de suite, respectez son choix. Si vous parvenez à dialoguer, cela peut le soulager et lui faire comprendre qu’il n’est pas seul face à son problème.
  • Éviter les reproches, ne critiquez pas son comportement. Soyez plutôt dans une démarche d’écoute. Parlez de ce que vous ressentez, montrez-lui vos impressions, soyez ouvert et montrez que vous êtes inquiet et que vous vous souciez de son bien-être.
  • Proposez une aide professionnelle, s’il reconnaît avoir un problème, aidez-le à se renseigner sur des pistes d’aide professionnelle, par exemple des lignes téléphoniques d’accueil et de soutien, son médecin, des consultations spécialisées, etc. Tout en le laissant entreprendre la démarche seul.