Croyances et santé mentale

Lorsque quelque chose ne va pas, nous devons commencer par analyser nos croyances et déterminer lesquelles sont réellement valides

Journal Novasalud

« Si tu crois pouvoir le faire, tu as raison. Si tu crois que tu ne peux pas, tu as aussi raison. » Ce en quoi tu décides de croire ne dépend que de toi – Photo: journal  Novasalud 

Article extrait du journal Novasalud, édition 2020 – Novasalud est un centre qui fournit une gamme de services spécialisés en matière de santé mentale et d’addictions par le biais d’une équipe multidisciplinaire

Pour Ana María Lhorente, Psychopédagogue-Titulaire d’un Master en Psychologie, Éducation et AdolescenceUne croyance est un état d’esprit dans lequel un individu tient pour réalité une connaissance ou une expérience qu’il possède par rapport à un événement ou une chose ; lorsqu’il est objectivé, le contenu des croyances peut être conceptualisé comme l’état d’esprit dans lequel les personnes considèrent comme réelles et valides les connaissances ou expériences qu’ils possèdent par rapport à certains évènements ou choses. Lesdites croyances font partie des schémas mentaux, qui incluent également tous les types d’attitudes et de paradigmes présents chez une personne.

Logo Novasalud

Les individus possèdent un ensemble de croyances essentielles sur eux-mêmes, le monde et les autres. Il s’agit de croyances implicites, fondées sur l’expérience émotionnelle, auxquelles les personnes se rattachent fortement, au point de les maintenir pour vraies, et ce, même en cas de preuve invalidante.

De nombreux psychologues pensent que l’être humain fonctionne comme une machine à croyance. Ils affirment ainsi que, pour favoriser leur survie, les êtres humains développent des systèmes de croyances complexes, qui n’ont pas pour but premier l’obtention de la vérité et qui ne sont pas nécessairement guidés par les principes de la logique. Dès lors, lorsque les individus génèrent des croyances, leur principal objectif n’est absolument pas de s’assurer qu’elles soient réelles et véridiques. Le fonctionnement de ce système peut aussi bien générer des croyances fausses que vraies. Pour autant qu’elles servent à orienter les actions futures de l’individu, qu’elles soient correctes ou non, ces croyances remplissent leur fonction. Les croyances sont des idées que nous avons peu à peu intériorisées, habituellement de manière inconsciente, et qui, sans que nous nous en rendions compte, dirigent nos actes et nous poussent à agir d’une manière ou d’une autre, sans que au fond nous sachions pourquoi.

Ces croyances commencent à se former dès les premières années de vie, avec l’éducation reçue de nos parents. Nous considérons comme vrai tout ce qu’ils nous enseignent : l’enfant n’est pas armé pour analyser la véracité des messages transmis par les parents. Donc, si nos parents nous transmettent des messages tels que « le monde est dangereux » ou « tu ne peux pas faire confiance aux gens », les croyances qu’ils ont eux-mêmes reçues de leurs parents ou qu’ils ont formées de leurs propres expériences marqueront notre subconscient et régiront nos actes.

Comment développons-nous nos croyances?

Nos convictions et nos croyances conditionnent aussi bien nos échecs que nos succès. De ce fait, si nous sentons que quelque chose ne va pas ou que notre vie ne prend pas la direction souhaitée, nous devrions commencer par analyser nos croyances et déterminer lesquelles sont réellement valides et lesquelles ne le sont pas.

Depuis que nous sommes petits, nous absorbons tous les messages qui nous sont transmis consciemment ou inconsciemment par toutes les personnes qui nous entourent. Nous les filtrons au moyen de notre expérience et, si elles se confirment, nous les enregistrons comme des expériences qui nous seront à l’avenir utiles dans des situations similaires. S’il est en principe bénéfique de ne pas devoir apprendre de chaque expérience comme si elle était la première, cela peut également s’avérer néfaste si la croyance est contre-productive.

Henry Ford nous donne une bonne définition du phénomène : « Si tu crois pouvoir le faire, tu as raison. Si tu crois que tu ne peux pas, tu as aussi raison. » Ce en quoi tu décides de croire ne dépend que de toi.

Salud mental

Commençons par définir ce qu’est une croyance

Un état psychique subjectif dans lequel l’individu considère comme « vrai » un élément, qui n’est généralement pas complété par une analyse clinique ou des arguments de poids. Il s’agit en quelque sorte d’une idée tenue pour une vérité par son détenteur, en laquelle il croit aveuglément, sans pouvoir la nuancer.

 

Il est très important d’affirmer, dès que l’on parle de croyance, qu’il n’en n’existe ni de vraies ni de fausses, puisque celles qui me poussent à devenir ma meilleure version peuvent s’avérer limitantes ou néfastes pour tes progrès à toi ; dans le contexte du coaching, l’essentiel est d’analyser avec la personne si les croyances sur lesquelles elle s’appuie lui permettent d’obtenir ce qu’elle veut en terme d’évolution ou si elles limitent ses facultés à atteindre son objectif.

Nous ne parlons donc pas de croyances vraies ou fausses mais de croyances motivantes ou limitantes, que nous allons maintenant définir :

  • Nous considérons comme Croyance limitante toute pensée négative qui conditionne notre quotidien et qui est tenue pour un fait certain, sans qu’elle ne le soit réellement. Par exemple « quand mon chef est là, je suis nerveux » ;
  • Au contraire, sont considérées comme Croyances motivantes celles qui nous poussent à avancer, à progresser vers ce que nous considérons comme positif, celles qui font ressortir nos bons côtés tant pour nous que dans nos relations avec autrui. Par exemple « je peux ne pas être d’accord avec mon chef et le lui faire savoir ».

D’où proviennent nos croyances ? Qui les choisit ?

Elles nous proviennent sans aucun doute de l’enfance ; c’est à ce moment que chaque information reçue est transmise quasi-immédiatement à notre subconscient, sans que nous ne doutions ni questionnions le bien-fondé de celle-ci. Plus tard, les croyances nous proviennent de l’entourage dans lequel nous vivons, des opinions qui nous entourent, des expériences vécues autour de nous.

Nous les sélectionnons, jour après jour, à chaque instant. Tout cela nous pousse à croire en des idées concrètes que nous ne remettons en cause qu’une fois bien engagés dans la vie adulte. Dans le pire des cas, nous n’y revenons jamais : « ça a toujours été comme ça ».

Exemples de croyances

Un enfant qui a grandi avec des parents très critiques envers lui développera une faible estime de soi qui l’empêchera d’atteindre son plein potentiel. De son côté, un enfant entouré de personnes qui lui montrent ouvertement leur affection et encouragent les bons résultats obtenus dans tous les domaines de sa vie construira des croyances telles que « je suis intelligent » et sera plus apte à se valoriser et accomplir ses objectifs.

Nous sommes chaque jour victimes de nombreuses croyances limitantes :

  • On ne réussit que par chance (peu importe les efforts fournis)
  • Je ne vaux rien, je ne mérite que le pire
  • Certaines choses sont tout simplement impossibles
  • Je dois penser aux autres avant de penser à moi, même si cela me nuit
  • Ceux qui commettent des erreurs doivent être critiqués
  • Je ne devrais pas aller voir le directeur général

Alors que d’autres nous motivent et nous rapprochent de nos buts :

  • Mes besoins sont prioritaires. Si je me sens bien, je pourrai mieux aider les autres
  • Le succès est fait d’une bonne dose de travail et d’investissement personnel
  • J’ose parler d’idées, je les explore
  • Je sais quand je dois m’arrêter et je le fais
  • J’apprends des difficultés, je ne jette pas l’éponge
  • Montrer ses sentiments est courageux

Pouvons-nous modifier nos croyances ?

Heureusement oui, nous le pouvons, et au plus vite tu t’y attelleras, au plus vite tu en constateras les bénéfices.

  • Muni des informations données plus haut, identifie les croyances qui semblent te limiter au quotidien ou dans la poursuite de ton objectif.
  • Prends conscience qu’elles ne sont que des croyances et qu’elles ne doivent donc pas faire partie de la réalité. Comment sais-tu qu’elles sont vraies ? Peut-être les as-tu apprises quand tu étais enfant ? Penses-tu encore comme à l’époque maintenant que tu es adulte ?
  • Essaye de transformer cette croyance en une qui soit positive. Transforme par exemple « j’ai toujours cru que montrer mes sentiments de tristesse est une marque de faiblesse » et « montrer ma tristesse à quelqu’un me rend humain, vulnérable et donc authentique ».
  • Répète cette nouvelle croyance, teste-là, et tu constateras les bénéfices qu’elle pourra t’apporter. C’est la meilleure manière de l’assimiler.

En PNL (Programmation neuro-linguistique), Coach Intégratif. Coach Ontologique, Systémique, nous utilisons de nombreuses techniques de transformation de croyances, pour de fantastiques résultats ; si l’une d’elles te résiste ou que tu ne parviens pas à l’identifier, n’hésite pas à demander de l’aide et tu verras tout ce que cela peut t’apporter.

Le Système de Croyances que nous nous construisons au long de notre vie joue clairement un rôle sur notre santé mentale. Prends conscience de celles-ci, ose les contempler. Elles ne sont peut-être que des associations internes, des adhésions à des dogmes et paradigmes qui ne correspondent pas à ton identité.  Tu peux les transformer, et obtenir les Résultats qui t’Inspirent.

Et n’oublie-pas : Tu peux accomplir tout ce que tu veux, ne laisse aucune autre croyance t’en empêcher ou t’en décourager.