Considérations sur le bien-être psychologique subjectif

, , ,

La mesure et la promotion du bien-être, un objectif souhaitable au niveau social et politique

Journée mondiale de la santé mentale

La Journée mondiale de la santé mentale, célébrée chaque année le 10 octobre, a pour objectif de sensibiliser aux problèmes de santé mentale dans le monde.

A l’occasion de la journée mondiale de la santé mentale, nous publions un texte extrait du journal Novasalud, édition 2020 – Novasalud est un centre qui fournit une gamme de services spécialisés en matière de santé mentale et d’addictions par le biais d’une équipe multidisciplinaire

Par Roberto Reyes, psychologue du programme ambulatoire intensif, Dianova Curicó – Être et être heureux, se développer en tant que personne ou être à l’aise avec soi-même sont des questions fondamentales qui préoccupent les gens depuis des millénaires (Haybron, 2008, cité dans Bobowik, González, Muratori, Ubilla, Zubicueta, p 2, 2015). Pendant des décennies, non seulement sa signification a été analysée, mais aussi les antécédents et les conséquences de cet état. L’intérêt pour l’étude scientifique du bien-être se manifeste à la fin du XXème siècle, précédé par d’anciennes pensées philosophiques sur la « bonne vie », la « vie vertueuse » et le « soin de l’âme » présentes dans les legs de Platon, Aristote, Confucius, Sénèque, entre autres ; et aussi au travers des réflexions dérivées des traditions spirituelles d’Orient et d’Occident. (Alonso, Vielma, 2010, p.266).

En ce qui concerne cet aspect historique de l’étude sur le bien-être psychologique scientifique, il convient de noter que son développement a été confronté à quelques controverses dans le domaine de la psychologie, surtout immédiatement après la révision théorique effectuée par Wilson Warner en 1967 et lors de l’utilisation scientifique du terme «bien-être psychologique» par Norman Bradburn en 1969 (Vielma et Alonso, 2009, cité dans Vielma et Alonso 2010, p 266) qui a suggéré dans leurs rapports cliniques et d’investigation l’idée de mener une évaluation globale du construit pour éviter les questions éthiques sur sa nature par des groupes orthodoxes liés à la religion et à la politique aux États-Unis (Salotti, 2006; Díaz et al, 2006; Cuadra et Florenzano, 2003. Cité dans Vielma et Alonso 2010, p 266). Par conséquent, le bien-être psychologique est un sujet complexe dans lequel il y a un manque d’accord dans sa délimitation conceptuelle, qui est dû, entre autres raisons, à la complexité de son étude, déterminée dans de nombreux cas par sa nature temporelle et sa diversité d’approches, qui n’a pas encore permis de dégager un consensus sur leur conceptualisation et leur mesure (Castro et Ortiz, 2009, p 26).

Afin de parvenir à un certain consensus sur le définissable, par rapport à l’idée de qualité de vie et de bien-être psychologique, l’idée sera prise en considération, prise depuis 1998 par les auteurs suivants (Cabrera, Agostini, López et Victoria, 1998, cité dans Victoria , 2005, p 7), où ils soulignent: «La qualité de vie est le résultat de l’interaction complexe entre des facteurs objectifs et subjectifs; Les premiers constituent les conditions extérieures: économiques, socio-politiques, culturelles et environnementales qui facilitent ou entravent le plein développement de l’homme, de sa personnalité. Les secondes sont déterminées par l’évaluation que le sujet fait de sa propre vie ». En ce sens, il y a une interaction entre le social et le psychologique, où le social influence le psychologique à travers le sens qu’il a pour le sujet et le psychologique influence le social selon la position que l’individu assume (Victoria 2005, p 8). Il s’agit d’une hypothèse théorique de base pour la conceptualisation, l’étude et l’évaluation de la qualité de vie et de sa dimension subjective que nous identifions au bien-être psychologique (2005, p 8).

Parmi les convergences théoriques dans les différentes conceptions du bien-être, les suivantes se distinguent :

  • Une dimension fondamentale et générale de la personnalité qui est subjective (Vielma et Alonso, 2010, p. 268).
  • C’est une expérience personnelle dont chacun ne peut que rendre compte. (2010, p. 268).
  • Il a des composants inséparables et interdépendants lorsqu’il est évalué globalement ou de façon multidimensionnelle. (2010, p. 268).
  • Ils peuvent être étudiés en fonction de leurs composantes subjectives et objectives : aspects affectifs, aspects cognitifs, liens transitoires ou temporaires et aspects contextuels.
  • Elle est déterminée par une multiplicité de facteurs de nature bio-psycho-sociale, historique et culturelle.
  • Il s’agit d’une catégorie descriptive et d’une construction psychologique très complexe.
  • Détermine la qualité des relations avec soi-même et avec l’environnement car c’est une expérience qui s’est produite dans l’histoire personnelle et dans le cadre de la vie sociale qui peut varier d’une société à l’autre, d’un moment de la vie personnelle à l’autre.
  • Elle transcende la satisfaction des besoins physiologiques, des besoins sociaux et des réactions émotionnelles immédiates (García-Viniegras et López, 2005 ; Cuadra et Florenzano, 2003, dans Vielma et Alonso 2010, p.268), se manifestant dans la vie quotidienne lorsque les gens ils souffrent moins d’inconfort, ont une meilleure appréciation personnelle et font une gestion plus saine de l’environnement et de ses relations interpersonnelles (Salotti, 2006, dans Vielma et Alonso, 2010, p 268).
  • Elle peut s’apprendre en présence de facteurs contextuels favorables ou non, du fait de l’utilisation des ressources psychologiques que chacun possède : capacité créative, autonomie et autodétermination consciente, entre autres. De même, il est lié à la disposition et à la motivation intrinsèques qui amènent les gens à se lancer des défis et à les surmonter, mettant leurs compétences personnelles à l’épreuve à un moment donné de la vie. Le bien-être psychologique subjectif est de nature universelle, phénoménologique, temporaire et positive et est associé à la présence de certains traits de personnalité de nature autotélique (Vielma et Alonso, 2010)

 

 

Dans une perspective plus large et pour être l’un des auteurs qui a concentré ses efforts sur le sujet, Carol Ryff se réfère au bien-être psychologique comme l’effort de perfectionner son potentiel, de cette façon cela aurait à voir avec la vie qui prend un sens pour soi-même, avec certains efforts pour améliorer et atteindre des objectifs précieux ; la tâche centrale des personnes dans leur vie est de reconnaître et de tirer le meilleur parti de tous leurs talents (Castro et Ortiz 2009, p 27). Il a souligné la responsabilité de l’individu de trouver le sens et le sens de son existence, même face à des réalités dures ou défavorables (2009, p 27).

Pour expliquer le bien-être psychologique, Ryff (2009, p. 27) formule un modèle multidimensionnel de développement personnel où il spécifie six dimensions : l’acceptation de soi ; relations positives avec d’autres personnes ; autonomie ; domaine de l’environnement ; but dans la vie ; et croissance personnelle :

  • L’acceptation de soi : elle est l’un des critères centraux du bien-être et est liée à l’expérience d’une attitude positive envers soi-même et envers la vie passée (2009, p.28).
  • Relations positives avec les autres : elle est définie comme la capacité à maintenir des relations étroites avec les autres, basées sur la confiance et l’empathie (2009, p.28).
  • Autonomie : nécessaire pour maintenir leur propre individualité et autonomie personnelle, liée à l’autodétermination, les personnes autonomes savent mieux faire face à la pression sociale (2009, p.28).
  • Domaine de l’environnement : capacité individuelle de créer ou de choisir des environnements favorables pour satisfaire ses propres désirs et besoins (2009, p.28).
  • But dans la vie : les gens doivent se fixer des buts, définir leurs objectifs, ce qui leur permet de donner un sens à leur vie (2009, p.28).
  • Croissance personnelle : elle est liée au développement du potentiel, continue de croître en tant que personne et maximise son potentiel (2009, p.28)

À titre de réflexion, il convient de noter que le bien-être psychologique en tant que construction personnelle repose sur le développement psychologique de chaque individu, qui a la capacité d’interagir harmonieusement avec son environnement (2009). D’un autre côté, si la multiplicité des axes et / ou optiques possibles à partir desquels aborder le sujet à un niveau d’investigation est vraie, il n’est pas moins clair que dans le domaine de la psychologie, cela n’a pas empêché l’émergence d’instances axées sur l’approfondissement de l’étude subjective du bien-être psychologique. Par conséquent, l’importance de se sentir bien, à la fois individuellement et dans l’altérité et de vouloir agir de la même manière qu’un modèle à sens unique, favorise et construit une ligne de bien-être, vers une orientation vers les autres. Il est important de mentionner les éléments convergents et étroitement liés qui contribuent à son développement, compte tenu de l’environnement immédiat, afin que cela contribue à la préservation de la santé psychique générale.

Ce serait un idéal, mais encadré de subjectivité et d’intersubjectivité (bien-être subjectif) et de psychologie individuelle et interactionnelle des individus (bien-être psychosocial) (Escalante, 2016).

La mesure et la promotion du bien-être deviennent donc un objectif souhaitable au niveau social et politique (Dienes, Lucas, Schimmack et Helliwell, cité dans Vásquez, Hervás, Rahona, Gómez 2009, p 28).