Veiller à la santé psycho-émotionnelle des professionnels des addictions

Dans le cadre du COVID, Dianova Chili a développé un programme novateur d’autosoins des équipes, une pratique reconnue par le Groupe Pompidou

autosoins des équipes

Lancement du programme « autosoins des équipes » : première session avec les professionnels du programme ambulatoire pour mineurs ayant des problèmes d’addiction – Capture d’écran : Dianova Chili

Le COVID a entraîné la rapide augmentation du télétravail au sein des équipes thérapeutiques, ce qui a représenté un vrai défi pour ces professionnels. Le profil des usagers avec lesquels ils travaillent est complexe et, souvent, les professionnels sont en situation de risque. Créer des liens avec les usagers est essentiel, mais cela demande un travail intensif et exigeant.

Accompagner les personnes en traitement des addictions peut entraîner un épuisement bio-psycho-émotionnel pour les professionnels. Pour créer ces liens, les professionnels de la toxicomanie doivent avoir des dispositions spécifiques et une capacité d’autogestion qui leur permettent de faire preuve d’empathie à l’égard des résidents et de leur offrir une sécurité et un suivi adéquats. Toutes ces compétences sont essentielles à la fourniture de services de qualité.

Nouveau programme d’autosoins

Il s’est révélé essentiel de mettre place de stratégies d’autosoins visant à préserver la santé psycho-émotionnelle des professionnels travaillant dans les services d’appui de Dianova Chili. L’organisation a donc décidé de mettre en œuvre un programme d’autosoins destiné aux professionnels travaillant dans deux des centres de traitement de l’organisation au Chili (les centres de Curicó et de Romeral), soit un total de 25 personnes.

L’équipe bénévole en charge du programme est composée de neuf personnes, soit 8 psychologues et un ingénieur, six d’entre-elles se sont engagées à animer des sessions individuelles destinés aux professionnels les plus affectés par la situation liée au COVID-19.

Mise en œuvre du programme

Deux lignes d’action ont été identifiées. La première est individuelle et vise à travailler les concepts liés à la connaissance de soi tout en insistant sur les capacités de gestion du stress et de l’anxiété. Cet objectif est réalisé au travers de de cinq séances individuelles d’une heure chacune, une fois par semaine.

La deuxième ligne est liée au travail de groupe et consiste à travailler le contexte actuel de la pandémie (échanges sur la perception de la situation actuelle et les risques qui y sont associés), tout en assurant la continuité du travail effectué par l’équipe depuis 2019.

La méthodologie a été conçue sur la base d’un total de 10 sessions en ligne via la plateforme Zoom, soit cinq sessions pour chaque équipe. A l’issue de cette période, et en fonction des conditions sanitaires, trois sessions en face à face seront organisées, en présence des deux groupes, pour un total de treize sessions.

Il est prévu de continuer le projet jusqu’à fin novembre 2020 ; par la suite, une évaluation formelle du programme aura lieu. Durant tout ce temps, l’initiative sera coordonnée, suivie et évaluée de façon continue, continue en étroite collaboration avec les départements des ressources humaines et de la qualité des services.

Bonnes pratiques reconnues par le Groupe Pompidou du Conseil de l’Europe

Cette bonne pratique a fait l’objet d’une publication sur le portail « Sauver des vies, protéger les personnes » du Groupe Pompidou. Le Groupe Pompidou est la plate-forme de coopération en matière de politique des drogues du Conseil de l’Europe (première organisation de défense des droits de l’homme du continent, il compte 47 États membres, dont 27 sont membres de l’Union européenne). Le groupe offre un forum pour un débat ouvert, un échange de bonnes pratiques, la formation ainsi que la promotion de pratiques innovantes et validées.

Dans le contexte de la pandémie, le Groupe Pompidou a créé la plateforme « Sauver des vies, protéger les personnes » afin de prévenir les dommages causés aux personnes qui font usage de drogues et à leur entourage.

Ce portail permet d’échanger différentes réponses et bonnes pratiques proposées par les professionnels des addictions dans le contexte du COVID afin de garantir les droits des personnes et la qualité des services. Ces bonnes pratiques sont publiées en anglais, espagnol, italien, français, russe et allemand.

Les services d’addiction sont des services essentiels

Au nom de Dianova International, nous tenons à féliciter Dianova Chili pour son programme novateur et nous encourageons toutes les organisations qui travaillent dans ce domaine à faire face aux défis posés par la pandémie et à prendre des mesures nécessaires pour s’adapter à ces changements tout en assurant la santé et la qualité de vie de leur personnel et de leurs bénéficiaires.

  • « Quand tout s’arrête, certains d’entre nous doivent continuer » ; les services d’addiction sont essentiels – voir la campagne de Dianova

 

Les troubles liés aux addictions sont un problème de santé publique, il est donc essentiel de veiller à santé psycho-émotionnelle des professionnels concernés afin qu’ils puissent continuer à fournir des services de qualité durant cette période difficile.

Nous espérons que d’autres organisations du secteur suivront l’exemple de Dianova Chili afin de mieux soutenir leurs professionnels et leur permettre ainsi d’assurer un suivi de qualité pour leurs bénéficiaires.