Vaincre la pauvreté par l’alphabétisation

, ,

A l’occasion de la journée mondiale de l’alphabétisation, le 8 septembre, gros plan sur l’action de l’association FAPE, membre de Dianova, en République Démocratique du Congo

Education des filles

FAPE mise sur l’alphabétisation pour mettre un terme à la pauvreté qui touche un grand nombre de femmes en République du Congo – Photo: Riccardo Mayer, Shutterstock, Licence CC

Par Mwami Mikunda-Babula –  Au cours des dernières décennies, la République démocratique du Congo a réalisé d’importants progrès dans le secteur de l’éducation. Le taux d’achèvement au niveau du primaire par exemple, a considérablement augmenté, passant de 29 % en 2002, à 70 % en 2014. Malgré tout, le pays demeure au bas du classement, avec un très grand nombre d’enfants non scolarisés.

Les femmes sont les premières concernées: selon les résultats de la Deuxième enquête démographique et de santé[1], seulement 64% des femmes (15-49 ans) sont alphabétisées, contre 88% des hommes, tandis qu’il reste une frange non négligeable de la population sans aucun niveau d’instruction (15% de femmes et 4% d’hommes). Les taux d’alphabétisation chez les femmes varient aussi de manière importante selon les provinces, passant de 93% dans la ville de Kinshasa, à 51% dans la province du Kasaï Occidental.

La situation dans le Territoire de Fizi

Dans la province du Sud-Kivu, 39.9% des femmes sont analphabètes et, au sein de cette même province, le territoire de Fizi est l’un de ceux où les filles sont les plus marginalisées en matière d’éducation. Cette région rurale est l’une des plus sinistrées du pays. En 2010, elle a été le théâtre d’affrontements qui ont entraîné de nombreux déplacements de population, la destruction d’infrastructures (notamment des écoles) et une situation précaire au plan humanitaire. Depuis, le territoire de Fizi demeure le bastion de groupes armés dont la présence entraîne une instabilité permanente.

 

Plus récemment, à la suite de pluies torrentielles au début de l’année 2020, de graves inondations ont affecté cinq provinces du pays, dont le Sud-Kivu. Dans le territoire de Fizi, les évaluations des ONG ont rapporté qu’un total de 45.695 personnes ont perdu leur foyer, articles ménagers essentiels et autres biens de valeur, tandis que cinq centres de santé ont été affectés et 19 écoles primaires partiellement ou totalement détruites.

Marginalisation des filles

A cette situation difficile, il faut encore ajouter le problème de la marginalisation des filles au plan éducatif. Au sein de beaucoup de familles vivant dans le territoire de Fizi, on considère que seuls les garçons doivent poursuivre des études. Quant aux filles, elles sont plus utiles si elles restent à la maison pour aider aux tâches ménagères. Plus tard, elles s’occuperont de la progéniture (mâle, de préférence) de leur futur mari. Pas besoin d’aller à l’école pour ça.

Cette façon de voir, encore beaucoup trop répandue dans de nombreuses régions rurales – non seulement en RDC, mais aussi dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et de l’Ouest et dans plusieurs états arabes – représente un obstacle énorme pour le développement de la région. Comme le souligne Agnes Odhiambo, chercheuse senior, division Droits des femmes, pour Human Rights Watch : « Quand les filles ont accès à une éducation de qualité, elles acquièrent les compétences et les connaissances dont elles ont besoin pour réaliser leur potentiel et transformer leur vie, leurs familles et leurs communautés. »

 

L’éducation des filles est essentielle la réalisation des ODD

Il est primordial pour nous de comprendre l’importance de l’éducation des femmes et des filles. C’est même une étape essentielle sur la voie de l’égalité entre les sexes et un catalyseur de changement dans la vie des femmes, de leurs familles, de leurs communautés et du monde dans son ensemble. Les objectifs de développement durable (ODD) sont interconnectés, c’est-à-dire que la clé du succès d’un ODD implique de s’attaquer aux questions liées à un autre de ces objectifs. C’est particulièrement vrai pour l’éducation des filles : éduquer les filles et promouvoir l’égalité entre les sexes est essentiel à la réalisation de tous les objectifs de développement durable.

 

Vaincre la pauvreté passe par l’alphabétisation du plus grand nombre. Et pour cela, il faut mettre un terme à la marginalisation des filles au sein du territoire de Fizi comme dans tout le pays.

L’action de l’association FAPE

Fondée en 2004, l’association Femmes Actives pour la Protection de l’Environnement (FAPE) est établie à Mboko, dans la province du Sud-Kivu en tant qu’organisme apolitique et sans but lucratif. FAPE veut faire des Congolaises des femmes autonomes, libres et indépendantes, capables de défendre leurs droits et ceux de leurs enfants tout en œuvrant pour l’autogestion et le développement communautaire. FAPE est membre du réseau Dianova.

FAPE s’engage en particulier en faveur de l’alphabétisation. Parmi ses dernières réalisations, en 2020, l’association a mis en œuvre un programme d’apprentissage (lecture, écriture et calcul) bénéficiant actuellement à 52 femmes. En outre, l’association a participé à la construction de six salles de classe (école primaire Enzi) qui permettront d’accueillir 302 enfants. Enfin, FAPE s’engage pour améliorer l’éducation des filles (3-12 ans) avec la construction de six salles de classe au sein du complexe scolaire Azina-Mboko ORAC. 240 enfants bénéficieront du projet.

Réunion FAPE

Réunion éducative avec les parents et enfants bénéficiaires de l’association FAPE – Photo: FAPE, tous droits réservés   

Promouvoir l’alphabétisation dans le territoire de Fizi

Pour contribuer à améliorer le taux d’alphabétisation en territoire de Fizi, FAPE collabore avec des acteurs locaux et internationaux pour mettre en œuvre une stratégie à long terme. Les principales actions prévues dans cette stratégie sont:

  • Recueillir des données fiables sur le nombre de femmes et filles analphabètes dans chaque village du territoire de Fizi et mettre ces données à disposition dans les bureaux administratifs du gouvernement local ;
  • Établir un programme de recrutement et de formation des enseignants dans les différents secteurs du territoire de Fizi;
  • Créer des centres permanent de formation, d’alphabétisation et de récupération scolaires avec un programme spécial d’enseignement ;
  • Enregistrer ces centres sur les listes des écoles ayant droit aux certificats ou diplômes reconnus par le gouvernement;
  • Soutenir l’accès gratuit à l’école primaire grâce au financement de l’Etat ainsi que l’accès gratuit au secondaire pour les filles ;
  • Collaborer avec des associations locales de développement communautaire dans le but de solliciter une aide nationale et internationale ;
  • Aider les associations locales de développement communautaire à mettre en œuvre une stratégie durable en matière d’alphabétisation.

Plus d’infos sur les activités de FAPE :

  • Addresse: Mboko, Q.I, Fizi, South-Kivu – Democratic Republic of Congo
  • Contact: Mikunda-Babula Mwami, Chef de Projet, FAPE
  • Email: fapeasbl@outlook.com

 


 

[1] République Démocratique du Congo, Deuxième enquête démographique et de santé, 2013-2014 – Measure DHS, ICF International, Rockville, Maryland, USA