Une nouvelle directrice nommée à l’ONUDC

Le Secrétaire général des Nations unies a nommé Mme Ghada Fathi Waly, d’Égypte, au poste de directrice exécutive de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime

Centre International de Vienne

Le Centre International de Vienne (Autriche) est le vaste complexe abritant l’Office des Nations Unies à Vienne (photo prise en 2011) – Licence: CC

À la fin de l’année dernière, le Secrétaire général des Nations unies a nommé Ghada Fathi Waly première femme et première directrice exécutive non européenne de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Mme Waly sera également à la tête de l’Office des Nations Unies à Vienne. Elle succède à Yuri Fedotov, de la Fédération de Russie, dans ces deux fonctions.

Ghada Fathi WalyMme Waly apporte à ce poste plus de 30 ans d’expérience dans le domaine du développement durable, de la réduction de la pauvreté et de la protection sociale, de l’autonomisation des femmes et des jeunes. Ministre de la solidarité sociale au sein du gouvernement égyptien depuis 2014, Mme Waly a élaboré la stratégie nationale de lutte contre la drogue, elle a mené une campagne nationale de sensibilisation et de prévention des addictions chez les jeunes et elle a été la première à mettre en œuvre des programmes innovants pour réhabiliter et réintégrer dans la société les personnes souffrant de troubles liés à l’usage de substances.

Mme Waly a également occupé d’autres postes de direction, notamment celui de directrice générale du Fonds social pour le développement (2011-2014), de représentante résidente adjointe du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en Égypte (2004-2011) et de directrice de programme de CARE International en Égypte (2000-2004).

Cette nomination s’effectue à un moment crucial de changement pour l’UNODC ; Mme Waly arrive à un moment où le multilatéralisme lui-même est menacé par un changement de géopolitique vers des approches plus nationalistes dans de nombreux pays, et où les défis de sécurité et de développement posés par les économies illicites, la corruption et le terrorisme ne font que s’intensifier et se diversifier. La nouvelle directrice hérite également d’une série de questions politiques sur lesquelles les États membres ont du mal à élaborer une position commune. Parmi ces questions figurent la cybercriminalité, les migrations, le terrorisme, l’engagement de la société civile et la question fondamentale de la réforme de la politique en matière de drogues.


 

Mme Waly est titulaire d’une maîtrise en sciences humaines et d’une licence en langues et littératures étrangères de l’Université d’Etat du Colorado. Elle parle couramment l’arabe, l’anglais et le français et a une connaissance pratique de l’espagnol.