Réunion du Forum de la société civile européen sur les drogues

forum de la société civile

La société civile s'engage pour l'UNGASS

La participation de la société civile est actuellement mise en avant dans la plupart des organisations internationales. Dans le cas de l'Union européenne, et en matière de drogues, cette participation s’articule autour du Forum de la Société Civile (Civil Society Forum – CSF). Ce mécanisme instauré en 2006 vise à tirer profit de l'expertise des 40 ONG qui participent de fait au processus d’élaboration et de mise en œuvre des politiques européennes.

L’engagement du Forum de la Société Civile se traduit par la mise en œuvre de plusieurs groupes de travail en fonction des thématiques. A l’heure actuelle, ces groupes de travail sont chargés de préparer le positionnement de la société civile, notamment eu égard aux normes minimales de qualité dans les stratégies de réduction de la demande, dans le cadre des travaux préparatoires à la Session Spéciale de l’Assemblée Générale des Nations Unies (UNGASS), qui en 2016 abordera le thème des drogues et des politiques en la matière.

Dianova a rejoint le Forum en 2013 et participe depuis lors au groupe de travail préparatoire à l’UNGASS.

Un exemple pratique des résultats des travaux de ce forum est l'influence du positionnement que celui-ci a présenté sur le thème de l'UNGASS dans la dernière déclaration de l'UE devant la Commission des stupéfiants, le 3 Décembre 2014. Entre autres positionnement du CSF, l’Union Européenne a élargi le concept de santé dans ses travaux préparatoires à l’UNGASS.

Les 8 et 9 Décembre 2014, la réunion annuelle du CSF était organisée par la Commission européenne à Bruxelles. La réunion a permis de passer en revue les travaux du forum et de planifier les étapes suivantes – de plus, une réunion s’est tenue avec les représentants de différents pays de l'UE dans le but d’exposer la position du CSF sur les normes de qualité minimales en matière de réduction de la demande. 

Les représentants des pays membres, ont apprécié le travail du CSF sur ce thème; ils ont souligné que la société civile était la mieux à même d’évaluer les besoins en la matière ainsi que leur mise en œuvre effective. Dianova a participé aux enquêtes sur les normes de qualité dans le traitement des dépendances, contribuant ainsi à l'élaboration de la position du CSF.

Lucía Goberna, représentante de  Dianova International