Prévention de la violence en Uruguay, projet cofinancé par l’Union Européenne

, ,

Stop violence

Un projet cofinancé par l’Union Européenne: Prévention émotionnelle et relationnelle de la violence via le renforcement des centres éducatifs et de jeunesse. Projet mis en œuvre par Dianova Uruguay et Dianova Espagne.

Dianova offrira aux enseignants et éducateurs de centres éducatifs jeunesse des outils de gestion émotionnelle et relationnelle dans un objectif de prévention de la violence chez les jeunes. Le projet sera cofinancé par l’Union Européenne via l’instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH).

A partir d’une méthodologie fondée sur l’apprentissage émotionnel et relationnel par le biais de l’expérience et de la participation citoyenne, le projet de prévention de la violence s’adresse aux institutions éducatives et pour la jeunesse, grâce à un travail réalisé auprès des professionnels de l’éducation (enseignants, éducateurs, équipes multidisciplinaires) et des jeunes.

Le projet vise à former des enseignants et des éducateurs qui à leur tour transmettront ces habiletés à un groupe d’adolescents facilitateurs dans les centres participants. Ces « facilitateurs » participeront à des microprojets supervisés et visant à intervenir parmi leurs pairs de manière à prévenir la violence ainsi que d’autres situations de vulnérabilité. Le projet se déroulera sur une période de trente-six mois, dans une trentaine de centres éducatifs et pour la jeunesse (éducation formelle et non formelle) dans onze départements du pays.

Après une première phase de diagnostic de la violence en milieu éducatif à partir d’une enquête dirigée aux enseignants et aux équipes des différents centres, un séminaire sera réalisé par et pour les professionnels du secteur, une page web ainsi qu’un forum virtuel destiné aux professionnels et aux adolescents.

Les autres phase du projet incluront:

  •   La conception des matériels de formation et de soutien pour les professionnels;
  •   La réalisation de la formation des professionnels, suivie d’un travail de groupe visant l’échange d’expériences;
  •   La promotion de la formation des jeunes à partir des matériels de formation conçus au préalable;
  •   Le soutien aux professionnels et autres référents pour la création et la formation de groupes d’adolescents « facilitateurs » en charge de démultiplier les valeurs du projet vers d’autres groupes de jeunes;
  •   Le soutien aux professionnels dans le travail auprès des facilitateurs, par exemple pour l’identification et la planification d’autres dispositifs au sein de leurs propres centres ou ailleurs;
  •   Et enfin, la diffusion des résultats obtenus en tant qu’outil de promotion des droits à la sécurité et à la citoyenneté, ainsi que le renforcement de la participation communautaire.