Fundación Dianova Chile

Chili: prévenir la violence à l’école

,

Le  programme « Vivre ensemble et prévention de la violence scolaire » mis en œuvre par Dianova Chili vise à contrer l’augmentation de la violence dans les écoles du pays

Violence à l'école

A cause de la violence, les performances scolaires des jeunes chiliens ont baissé de 38 points en moyenne

 

Un rapport publié en mars dernier par la Commission Economique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPAL) et l’UNICEF, indique que le Chili est le pays latino-américain le plus affecté par la violence scolaire, en termes de répercussions sur les performances scolaires. Même si le Chili est l’un des pays présentant les plus bas taux de violence à l’école et les niveaux éducatifs les plus hauts, avec le Costa Rica et l’Uruguay, l’impact de cette violence fait baisser les performances des jeunes chiliens de 38 points en moyenne, soit le taux le plus élevé parmi les 15 pays ayant fait l’objet de l’étude.

L’intimidation ou « bullying » désigne un ensemble de comportements agressifs destinés à faire mal à une autre personne, au plan physique, mental ou émotionnel.  Ces comportements sont caractérisés par trois critères: (1) intention hostile, (2) déséquilibre des forces (le fort contre le faible) et (3) répétition dans le temps.

 

Un élément dont il faut tenir compte est le fait que dans les pays présentant des taux de violence relativement faibles, comme le Chili, chaque situation de violence, même si elle n’est « que » psychologique, est vécue comme une atteinte aux droits. En revanche, les pays avec les taux de violence les plus élevés ont tendance à ne dénoncer que les violences physiques graves, car les élèves sont davantage habitués à vivre dans un environnement violent – et ce même si les répercussions de cette violence sont graves, quel que soit le pays concerné.

 

Enfin, il ne faudrait pas imaginer que ces violences ne concernent que ceux qui en sont les victimes. Comme le montre l’impact global de la violence sur le rendement, l’incapacité des établissements scolaires à établir des normes de vie commune et à les faire respecter dans une atmosphère d’apprentissage saine génère un sentiment d’insécurité qui a une influence négative sur l’ensemble des élèves.

Le programme « convivencial » de la Fondation Dianova Chili

La Fondation Dianova Chili apporte des services de formation, de consultance et d’accompagnement aux entreprises et établissements scolaires qui font appel à ses services. Dans le cadre de ces services éducatifs, la Fondation est inscrite au Registre national d’assistance éducative – dépendant du ministère de l’Education (MINEDUC) – soit un registre de personnes physiques ou d’organisations qualifiées pour apporter un soutien d’ordre pédagogique ou technique aux établissements d’enseignement.

 

Le programme Vivre ensemble et prévention de la violence scolaire est l’une de ces initiatives. Le programme est mis en œuvre par la fondation Dianova Chili, sous l’égide du Sous-secrétariat pour la Prévention du Crime et via le Fonds national de sécurité publique, et il est actuellement en cours dans cinq établissements municipaux de la commune de Curico (région du Maule). Ses bénéficiaires directs sont les professeurs et autres personnels d’enseignement, les parents et les élèves des différents établissements.

Le lancement officiel du programme s’est déroulé dans les locaux de l’Université catholique du Maule en présence d’un public nombreux, incluant parents, étudiants, représentants et professionnels de la communauté éducative et des réseaux d’aide à l’enfance et de traitement, et représentants de la police. Plusieurs représentants des autorités régionales et locales étaient également présents, dont la gouverneure de la province, Mme Cristina Bravo, le coordinateur régional du sous-secrétariat pour la prévention du délit, M. Luis Moyano, M. Davide Brundu, vice-président de Dianova International, le Dr. Leonor Cerda, directrice de l’école de formation scolaire initiale de l’Université catholique du Maule et Mme. Paulina Bustos, directrice du Département municipal d’éducation (DAEM).

L’événement a permis de faire le point sur les phénomènes de violence scolaire et la manière d’y faire face. Parmi les conférenciers, le psychologue Edgardo Roco, en charge du département Vie scolaire du DAEM a notamment mis l’accent sur les formes nouvelles de gestion de la vie scolaire au sein des collèges et Mme María de los Ángeles Guerreo a abordé le thème des indicateurs permettant de mesurer le climat de travail, la violence et le bien-être au sein des établissements scolaires.

Inauguration du programme "Vivre ensemble et prévention de la violence à l'école"

Inauguration du programme « Vivre ensemble et prévention de la violence à l’école »