Nomination du président du VNGOC

M. Michel Perron, directeur du Centre Canadien de lutte contre l’Alcoolisme et les Toxicomanies (CCLAT), a été élu le 3 décembre à la présidence du comité des ONG de Vienne sur les drogues (VNGOC).  Mme Elena Goti, représentante de Dianova était réélue au poste de secrétaire adjointe.

M. Perron n’est pas un inconnu pour l’équipe de Dianova au Québec qui a déjà eu l’occasion de travailler en partenariat avec le CCLAT. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous savons que M. Perron saura promouvoir le rôle joué par celles et ceux qui chaque jour sont présents sur le terrain: les acteurs de la société civile et des ONG.

D’autre part, Dianova est fière de pouvoir continuer à contribuer au travail du Comité des ONG de Vienne, via sa représentante, Mme Elena Goti, dont le mandat au poste de secrétaire adjointe a été reconduit.
Le Comité des ONG de Vienne (VNGOC) est l’une des principales ONG partenaires de l’UNODC (l’organisme des Nations Unies chargé d’aider les Etats Membres dans leur combat contre les drogues illicites, le crime et le terrorisme). A ce titre, le Comité représente plusieurs millions de personnes qui travaillent sur les problématiques liées aux drogues, tout en offrant une passerelle de communication et d’échanges entre les ONG, la Commission sur les Stupéfiants et l’UNODC.

M. Perron estime que les ONG sont des acteurs essentiels de la lutte contre les drogues et la dépendance aux drogues:

M. Michel Perron« Les ONG ont clairement montré leur compréhension et leur expertise dans ce domaine par leur travail sur le terrain, leur rôle de conseil auprès des gouvernements et leur défense du droit des personnes les plus affectées de recevoir les services et le soutien qu’ils méritent. Plusieurs de ces opportunités de collaborations avec les ONG ont été formulées dans la déclaration et les résolutions « Beyond 2008 » qui servent encore de feuille de route pour le travail des gouvernements, de l’OICS (International Narcotics Control Board – Organe International de Contrôle des Stupéfiants) et de UNODC avec les ONG sur ces questions. »

Quels sont les défis rencontrés par les ONG pour transmettre les messages sur les dangers de la drogue et comment les ONG les abordent-elles ?

« Les ONG représentent une pléiade riche et diverse d’experts travaillant sur tous les aspects du problème de la drogue et ses impacts sur la population à travers le monde – et ceci inclut un travail actif dans les domaines de l’éducation et de la prévention. Ceci est une activité essentielle de nombre d’ONG, plusieurs desquelles font preuve d’une grande créativité et connaissent un important succès dans le partage d’information et la mise en place de stratégies pour prévenir l’abus de drogue. »

« Notre rôle est d’encourager et de mettre en avant ce travail pour  que d’autres fassent de même. VNGOC continuera également à rappeler aux gouvernements, à UNODC et à OICS que prévenir l’abus de drogue est une priorité centrale pour de nombreuses ONG et doit en rester une au sein de la Commission des stupéfiants ou autres fora. »

(Extrait de l’interview de Michel Perron, lire l’intégralité de l’interview sur le site de l’UNODC)