Politiques des drogues: le positionnement de Dianova

Journée mondiale contre l'abus et le trafic de drogues

A l'occasion de la Journée mondiale contre l'abus et le trafic de drogues, Dianova dévoile son positionnement sur les addictions et les politiques sur les drogues

À l'occasion de la Journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues le 26 juin, et dans le cadre de la préparation de l'UNGASS 2016, Dianova lance son nouveau "Positionnement institutionnel sur les addictions et les politiques en matière de drogues".

Le réseau Dianova opère dans 11 pays d'Europe et d'Amérique dans les domaines de l'éducation, de la jeunesse, de la prévention et traitement des addictions, et dans le développement social. Les membres du réseau Dianova ont plus de 30 années d'expérience dans ces domaines.

Dianova s'engage pleinement dans les travaux préparatoires de l'UNGASS, le plus important débat international en plus de vingt ans sur le thème des politiques drogues. L'UNGASS se déroulera du 19 au 21 avril 2016 au siège des Nations Unis à New York et il marquera sans aucun doute une étape historique dans le domaine des drogues.

C'est pourquoi, d'une part le réseau Dianova participe depuis longtemps aux forums et réseaux internationaux actifs en matière de politiques drogues (à l'exemple du Comité viennois des ONG sur les drogues et le Forum de la Société Civile de l'Union Européenne) afin d'aider à faire entendre la voix de la société civile durant l'UNGASS, et, d'autre part, l'organisation a mis à jour son document de positionnement afin de contribuer plus efficacement à l'UNGASS.


Le positionnement de Dianova est publié en intégralité sur le page web de l'UNODC réservée aux contributions  des organisations non gouvernementales vis-à-vis de l'UNGASS 2016


Le positionnement de Dianova passe en revue les différentes options visant à réguler le marché des drogues, depuis l'agenda prohibitionniste jusqu'à la légalisation pure et simple des substances psychoactives, ainsi que le contexte international dans lequel les politiques actuelles ont été formulées. Pour finir, un certain nombre de recommandations ont l'ambition de contribuer à la mise en œuvre de politiques plus efficaces et plus humaines, à la lumière des tendances et des défis d'aujourd'hui.

 “Malgré l'échec des politiques en matière de drogues depuis 50 ans et plus nous estimons que la situation générale des personnes addictes a évolué favorablement dans de nombreux pays. En tant que réseau international d'ONG opérant dans 11 pays et 3 continents, nous pensons qu'il est essentiel de mettre un terme à la criminalisation des personnes addictes et de mettre l'accent sur des approches de santé publique équilibrées et complémentaires, fondées sur des méthodologies éprouvées" souligne Montse Rafel, directrice exécutive de Dianova International.

Les politiques doivent être conçues pour prévenir ou réduire les comportements à risque et la souffrance humaine, tout en aidant les personnes concernées par les problèmes d'addiction et leur famille. Selon Dianova, la prévention doit être au cœur de stratégies futures, fondées sur des politiques cohérentes et responsables et sur la mise en œuvre de mesures scientifiquement validées, tout en assurant la mise en œuvre de pratiques continues d'évaluation et de contrôle.

Dianova croit qu'il est essentiel de: faire un examen critique des carences de la stratégie prohibitionniste et répressive du système de contrôle international des drogues; mettre fin à la criminalisation des usagers de drogues et considérer l'usage de drogues et l'addiction comme une question de santé publique; promouvoir de grands débats publics sur la question des addictions et la recherche de politiques en adéquation avec l'histoire et la culture de chaque pays; mettre en œuvre des approches complémentaires et novatrices et des stratégies fondées sur les connaissances scientifiques plutôt que sur les idéologies, sans privilégier aucune de ces approches; promouvoir l'accès universel aux drogues essentielles et au soulagement de la douleur. Enfin, Dianova estime qu'il serait inutile et contre-productif de réglementer ou libéraliser les substances et s'oppose fermement à de telles propositions.


Pour plus d'infos, veuillez contacter:

Addictions et politiques en matière de drogues: le positionnement de Dianova