Asociación Dianova España

8 septembre – Journée internationale de l’alphabétisation

, ,

Oumar Sarr

 

Entretien avec Oumar Sarr, professeur de castillan au centre d’accueil humanitaire Dianova Madrid, dans le cadre du programme d’assistance humanitaire aux immigrants (Espagne)

L’alphabétisation est un moteur essentiel du développement durable. Les compétences en lecture et en écriture sont une condition préalable à l’apprentissage d’un ensemble plus vaste de connaissances, de compétences, d’attitudes et de valeurs nécessaires pour créer des sociétés durables. Dans le même temps, les progrès accomplis dans le domaine du développement durable, par exemple en matière de santé et d’agriculture, contribuent à favoriser la promotion de l’alphabétisation et des environnements lettrés. (UNESCO)

Je m’appelle Oumar Sarr, je suis sénégalais et professeur de castillan pour les immigrants. Je suis titulaire d’une licence en philologie espagnole, et je suis venu en Espagne via l’Agence espagnole de coopération internationale dans le but de perfectionner mon castillan. Avant de rejoindre Dianova, j’ai travaillé avec différentes associations d’aide aux immigrés. J’ai également travaillé dans d’autres secteurs.

Peux-tu nous parler de ton travail?

En tant qu’enseignant, mon travail consiste à donner des classes de castillan à nos bénéficiaires. Après que l’on a déterminé les différents niveaux, les groupes sont organisés (alphabétisation et castillan pour débutants). Nous enseignons aussi la culture et l’histoire de l’Espagne. Nous participons aussi à la traduction de documents. Je m’occupe entre autres de communiquer avec les divers pays d’Afrique afin de traiter les documents y simplifier la question de leurs transferts.

Pourquoi as-tu décidé de travailler dans l’aide humanitaire?

« C’est quelque chose qui m’a toujours intéressé. Quand j’en ai eu l’occasion, je n’ai pas hésité à franchir le pas. Sachant les carences et les besoins des immigrants, je pense que c’est une obligation d’apporter notre expérience pour les aider à réussir. Les immigrants représentent une population très vulnérable, et le fait de les accueillir peut permettre de soulager un peu leurs souffrances. Avant tout, ce sont des êtres humains à la recherche d’un avenir meilleur. »

Qu’est-ce qui t’a apporté le plus de satisfaction dans ce travail?

CAH Dianova Madrid
La plus grande satisfaction c’est de voir un bénéficiaire qui à son arrivée ne savait ni lire ni écrire, quitter le centre avec un bagage qui lui permet de tenir une conversation en castillan. Le fait aussi de recevoir des appels ou des mots de remerciements venant d’usagers qui nous ont quittés ou de la part de membres de leurs proches. Quand on est amenés à se séparer, on voit plusieurs émotions se refléter sur leur visage: la joie de continuer leur voyage, mais aussi la tristesse de quitter leur « famille » – c’est ainsi qu’ils nous voient et cela nous fait penser que quelque part, nous contribuons à leur intégration et peut être aussi à leur bonheur.

Quel a été ton meilleur souvenir?

Ma première journée de travail. Quand je suis arrivé j’ai trouvé près de 70 personnes en train d’attendre leur premier coup de téléphone vers l’Afrique. Cette image, je la garderai toute ma vie. Certains étaient très contents de rencontrer quelqu’un du pays, tandis que d’autres pensaient que j’étais là pour les identifier et faciliter ainsi leur renvoi en Afrique…

Le centre d’accueil humanitaire (Dianova Espagne) apporte une aide d’urgence et des services d’accueil afin de pallier la vulnérabilité des personnes immigrantes bénéficiaires du programme. Le programme fournit l’hébergement et la nourriture et couvre les besoins de base des bénéficiaires tout en leur apportant des outils visant à promouvoir leur intégration sociale dans la société. L’initiation à la langue et à la société espagnole fait partie de la gamme des services offerts.

En savoir plus