Dianova USA Inc.

Innovation technologique et réponses sociales

,

Science et innovation sont essentielles aux ODD, mais elles doivent se fonder sur une approche inclusive et centrée sur la personne afin de ne laisser personne de côté

Progrès technologique et égalité

Si le progrès technologique est essentiel au développement durable, il peut également perpétuer les inégalités ou en créer de nouvelles – imagen Shutterstock, licence CC

Par María Victoria Espada – La Commission de la science et de la technique au service du développement (CSTD) est le point focal des Nations unies dans ces domaines. Elle sert de forum pour rendre compte et discuter des tendances essentielles associées aux Sciences, technologie et innovation (STI) dans l’économie, l’environnement et la société, et partager les leçons apprises et les bonnes pratiques entre les pays. La CSTD examine également comment les STI, y compris les technologies de l’information et de la communication (TIC), servent de catalyseurs à l’Agenda 2030 et aux Objectifs de développement durable (ODD).

Science et innovation pour la santé

En mai dernier, Dianova a virtuellement participé à la vingt-quatrième session de la CSTD, qui a notamment abordé l’utilisation de la science, de la technologie et de l’innovation pour atteindre l’ODD 3 sur la santé et le bien-être, auquel Dianova contribue par son travail. La plupart des sessions ont également fait référence aux données et tendances contenues dans le rapport sur la technologie et l’information 2021 publié par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (UNCTAD).

Quatrième révolution industrielle

Selon le rapport, le monde arrive maintenant à la fin de la phase de mise en œuvre de l' »ère des TIC » et entre dans une nouvelle phase sous un paradigme qui inclut les technologies d’avant-garde. Ces technologies ont un énorme potentiel pour améliorer la vie des gens et protéger la planète. Par exemple, pendant la pandémie de COVID-19, l’intelligence artificielle et le big data ont été utilisés pour dépister les patients, suivre les épidémies, retrouver et localiser les cas de la maladie, prédire son évolution et évaluer les risques d’infection. Cette nouvelle phase est communément appelée la quatrième révolution industrielle ou Industrie 4.0, comme le montre le graphique ci-dessous.

Le progrès technologique et l’inégalité à travers les âges

Le progrès technologique et l'inégalité à travers les âges

Source: CNUNED, d’après des données provenant de Maddison Project Database, version 2018, Bolt et al. (2018), Perez (2002), et Schwab (2013). Notes: Le « centre » correspond à l’Europe occidentale et à ses émanations (Australie, Canada, Nouvelle-Zélande et Etats-Unis) et au Japon. La « périphérie » correspond au monde, à l’exclusion des pays du « centre ».

Santé en ligne, avec la participation active de la population

La STI s’applique également aux solutions de faible technicité et aux innovations organisationnelles et sociales dans le domaine des soins de santé. Le terme « santé numérique » ou « santé en ligne » désigne toutes les informations numériques liées à la santé et la fourniture de services de soins en ligne, tels que les téléconsultations, les dossiers médicaux électroniques, les prescriptions électroniques et l’imagerie assistée par ordinateur, entre autres. La santé numérique peut également permettre l’accès à des informations sanitaires de qualité, la participation active de la population à sa santé et à son bien-être, et la création de communautés de patients et de groupes de soutien en ligne.

Intégrer les technologies dans les services de santé

Comme on l’a vu pendant la pandémie, on peut s’attendre à ce que la santé en ligne continue à se développer à mesure que la technologie est davantage intégrée dans les services de santé. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 120 pays ont déjà mis en place des politiques nationales de santé en ligne, ce qui est également révélateur des possibilités que les STI peuvent offrir afin de progresser vers l’ODD 3 et accélérer sa mise en œuvre.

Développement des compétences et respect de la vie privée

Outre les cadres réglementaires qui autorisent la télémédecine et facilitent sa mise en œuvre, il sera essentiel de développer les compétences numériques des agents de santé parallèlement à la culture numérique des patients. Il sera également nécessaire de répondre aux préoccupations que les nouvelles technologies peuvent susciter en matière de respect de la vie privée, de sécurité et de précision de l’intelligence artificielle dans les soins de santé.

La technologie ne doit pas renforcer ou créer des inégalités

Lors des sessions de la CSTD, il a été souligné que si le progrès technologique est essentiel au développement durable, il peut également perpétuer les inégalités ou en créer de nouvelles. Il incombe donc aux gouvernements de maximiser les avantages tout en atténuant les dommages éventuels, et de préparer les personnes, les entreprises et les institutions à faire face aux changements technologiques. De même, l’accent a été mis sur le rôle que la société civile peut jouer pour identifier les déséquilibres entre innovation technologique et réponses sociales, ainsi que pour promouvoir des changements dans les lois et règlements et dans le comportement des usages, dans le but d’aligner les technologies de pointe avec les objectifs sociaux.

Une fracture numérique mondiale

Comme le montre le graphique qui précède, l’écart entre les pays développés et les pays en développement n’a jamais été aussi grand et continue de se creuser. La pandémie de Covid-19 a révélé des inégalités dans l’accès aux traitements, aux vaccins et aux technologies liées à la santé, et la fracture numérique laisse plus de la moitié de la population mondiale, en particulier les dans les pays en développement, sans accès à l’internet. Ainsi, la fracture numérique entre les sexes empêche les femmes d’avoir un accès égal aux services de santé, tout en rendant difficile la production de données sur la santé pour améliorer ensuite les traitements et les services médicaux.

La science et l’innovation dans une approche inclusive

À cet égard, il est important de veiller à ce que tous les pays bénéficient d’une couverture sanitaire universelle et d’un accès égal aux services de santé. Il est également nécessaire de favoriser plus encore la coopération internationale et multilatérale, de concevoir des programmes de développement cohérents, de partager les meilleures pratiques et les enseignements tirés, d’inclure les connaissances locales et de stimuler une recherche scientifique partagée. La science et l’innovation sont essentielles pour atteindre les ODD, mais une approche inclusive et centrée sur les personnes est nécessaire pour ne laisser personne de côté.