Création d’ONU-Femmes

Michelle Bachelet, directrice d'ONU Femmes

En juillet 2010, l’assemblée générale des Nations Unies décidait de se doter d’une nouvelle entité afin de promouvoir et de coordonner les efforts visant à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes. Par l’intermédiaire de sa représentante, Mme Elena Goti, Dianova était officiellement conviée à participer au lancement officiel de l’entité à New York, le 24 février dernier.

Le 24 février dernier, l’ONU célébrait à New York le lancement historique de ONU FEMMES, avec la participation de nombreuses personnalités du monde de la politique, des médias, des affaires, du monde de l’éducation et du spectacle. L’entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes représente la fusion de quatre composantes distinctes des Nations Unies, dédiées exclusivement à ces questions.

ONU Femmes est, selon l’ONU: « L’initiative la plus ambitieuse jamais lancée par les Nations Unies en vue d’accélérer les actions menées pour réaliser l’égalité des sexes. « Selon le secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon: « Les défis sont importants, mais je suis convaincu qu’avec la nouvelle énergie, le nouvel élan et la nouvelle autorité apportées par ONU Femmes, nous vaincrons. La véritable égalité des sexes doit être notre legs commun au XXIème siècle».

Logo Onu FemmesLe secrétaire général a nommé au poste de directrice exécutive d’ONU Femmes une personnalité bien connue de Dianova, Mme Michelle Bachelet, également promue au poste de Vice-secrétaire exécutive des Nations Unies. Mme. Bachelet  a exercé pendant quatre ans le mandat de  présidente de la république du Chili, durant lequel elle n’a jamais cessé de soutenir activement l’engagement de Dianova dans ce pays, notamment lors de la visite effectuée dans notre centre de San Bernardo, en juin 2007.

Au cours de la cérémonie, Mme Michelle Bachelet a appelé à la mise en place des premières étapes décisives vers un objectif mondial d’égalité des sexes, tout en soulignant que la décision de créer cette nouvelle entité était le révélateur d’une frustration générale vis-à-vis de la lenteur des changements.

Mme Bachelet et M. Ban Ki-Moon

Mme Bachelet et M. Ban Ki-Moo

« Réfléchissez à tout ce qui sera possible de faire une fois que les femmes seront pleinement autonomisées en tant qu’agents actifs du changement et du progrès au sein de leurs communautés » affirmait Mme Bachelet. « Historiquement, nous nous trouvons à une période de grands potentiels et de grands changements pour les femmes. C’est maintenant que nous devons saisir cette opportunité d’agir. »

ONU Femmes veut aider les pays à progresser vers l’égalité des sexes et à mettre un terme à la violence dont les femmes sont victimes partout dans le monde. L’initiative devra permettre l’application de normes internationales et orienter les efforts des Nations Unies pour mettre les femmes et les filles au cœur de tous leurs programmes en faveur du développement et de la paix.

La cause des femmes représente un engagement de tous les instants pour Dianova, non seulement à travers d’actes militants, mais également dans ses propres structures, qu’il s’agisse du personnel ou des organes de direction où la parité homme/femmes est une réalité depuis de nombreuses années. C’est pourquoi le réseau Dianova dans son ensemble s’associe pleinement aux objectifs d’ONU Femmes et souhaite participer aux efforts qui seront entrepris dans ce sens, dans la mesure de ses moyens.

(Source: http://www.unwomen.org/fr/)

Dianova et l’égalité de genre (Extrait du Manifeste de Dianova)

L’égalité des hommes et des femmes constitue l’un des principes fondamentaux de la charte des Nations Unies, de toutes les conventions internationales, des traités européens, ainsi que de la plupart des constitutions nationales.
La seule déclaration formelle du principe d’égalité entre hommes et femmes, est une condition nécessaire mais non pas suffisante pour garantir une égalité réelle, et ce pour diverses raisons d’ordre social, économique, culturel ou politique. En pratique, les discriminations perdurent, avec plus ou moins d’acuité selon les pays, en matière de représentation politique, d’accès au pouvoir de décision, de salaires, d’accès à l’emploi, etc.

Dianova est en faveur d’une réglementation visant à éradiquer toutes les discriminations, directes ou non, existant encore en matière de sexe et tous les obstacles qui entravent encore l’instauration d’une égalité réelle entre les hommes et les femmes.
Dianova s’engage à œuvrer pour l’égalité des chances, indépendamment du sexe, de la race, de la religion ou de l’âge, et ce dans l’ensemble de sa zone d’influence, interne ou externe. La prise en compte transversale, commune à toute l’organisation, des valeurs d’égalité et de diversité permet d’engager une stratégie d’intégration favorable à chacun.

L’engagement éthique de Dianova pour l’égalité se traduit par la mise en œuvre de projets de développement positifs pour ses collaborateurs, et, en général, de toute action susceptible de contribuer à leur plus haut niveau de croissance personnelle. Dianova s’engage à rechercher et à développer des méthodologies d’intervention, d’assistance et de soins qui intègrent cette vision de l’égalité et de la diversité, afin d’apporter des réponses aux besoins de chacun.