Dianova face aux défis du tiers secteur

Une étude du sociologue José Carrón fait le point sur le développement de l’état social, de la société civile et du tiers secteur en Europe et en Amérique

Graphique tiers secteur

 

Les politiques publiques ont été marquées ces dernières années par des coupes budgétaires qui ont largement affecté la société dans son ensemble, incluant les divers systèmes de protection sociale et le tiers secteur.

Nous sommes inquiets de voir dans nos pays se réduire la capacité des différents systèmes de protection sociale, fruits des grandes conquêtes civiles du 20ème siècle.

La globalisation, les questions démographiques, le vieillissement des populations, les flux migratoires, le chômage, l’évolution des technologies et de la robotique qui de façon générale détruisent davantage d’emplois qu’elles n’en créent, nous oblige à réfléchir à de nouveaux systèmes de protection sociale, à un nouvel Etat providence, non pas pour les réduire à leur plus simple expression, ou même les démanteler, mais pour leur donner ampleur et croissance, en tant qu’investissements indispensables, seuls capables de garantir le bien commun et la soutenabilité, dans leur sens le plus large.

Avec les autres acteurs sociaux, le tiers secteur aura un rôle important à jouer dans ce défi, à la condition qu’il ne se limite pas à un rôle de prestataire de services pour l’administration publique, et qu’il parvienne à sortir des paradigmes du siècle écoulé, époque durant laquelle il fut l’héritier, dans le bon sens du terme, des intentions sociales des mouvements civiques de 1968 et du Concile Vatican II qui en son temps révolutionna les politiques sociales d’inspirations chrétiennes dans le monde occidental.

Pour finir, au nom de Dianova International et en mon nom propre, je souhaite remercier José Carrón pour sa disponibilité, pour sa capacité de synthèse et pour son engagement social.


Note bio – José Carrón Sánchez

José Carrón SánchezJosé Carrón  est sociologue et titulaire d’un Master en économie sociale et gestion des organismes sans but lucratif ; spécialiste de l’évaluation des politiques publiques. Il est aussi professeur de sociologie à l’Université de Saragosse et chercheur-consultant indépendant dans les domaines de la planification et de l’évaluation des programmes socio-sanitaires publics ou relevant du tiers secteur. Il a été membre du groupe d’experts de la Commission européenne pour l’évaluation du programme Socrate et a participé à diverses initiatives communautaires au sein de l’Union Européenne et dans les pays d’Amérique latine. José Carrón a été directeur du groupe GID (aujourd’hui Fondation Atenea) et secrétaire technique du réseau européen ITACA.